0

Jeux vidéo pour enfants : “Guildlings”, un jeu de rôle décalé où l’union fait la force – Télérama.fr

Enfants Jouer

2 minutes à lire

Julien Foussereau

Publié le 13/06/20

Partager

Guildlings déconstruit intelligemment le jeu de rôle à la japonaise avec des thématiques du quotidien adolescent.

Guildlings déconstruit intelligemment le jeu de rôle à la japonaise avec des thématiques du quotidien adolescent.

Sirvo Studios

Ici, pas de virées inquiétantes dans des donjons infestés de bêtes féroces, mais de gentilles missions bien ancrées dans le quotidien des ados. En déconstruisant avec humour le jeu de rôle à la japonaise (JRPG), “Guildlings” raconte une jolie fable sur l’importance de l’honnêteté et de la loyauté dans l’amitié. À partir de 10 ans.

Adulte, on ne lit déjà pas les interminables conditions d’utilisation d’un produit. Alors, imaginez une adolescente comme Coda, impatiente d’activer son premier téléphone portable. Sauf que ce dernier est maudit et l’emprisonne dans une bulle géante. À elle de se sortir de ce traquenard et de recruter une équipe d’aventuriers pour accomplir la plus importante des quêtes : rien de moins que sauver le monde… D’ailleurs, cela tombe bien : sa grande sœur Syb vient de se faire priver de sortie. Elle aurait tout à fait sa place dans cette assemblée. Et si, pour la convaincre, on l’aidait à faire le mur afin qu’elle puisse se rendre à son rendez-vous amoureux ?

Guildlings

Guildlings

Sirvo Studios

Un JRPG très rigolard

Le caractère très « cartoonesque » de la direction artistique en dit long sur l’aspect décontracté du périple de Coda et de sa clique : Guildlings ne se prend absolument pas au sérieux avec son histoire de sorciers du wi-fi. En cela, il fait office d’introduction rigolarde au genre très codifié du jeu de rôle à la japonaise (JRPG), en substituant les virées habituelles dans des donjons infestés de bêtes féroces par des quêtes gentillettes ancrées dans le réalisme du quotidien.

L’accent est grandement mis sur l’histoire et les dialogues sous forme de conversations SMS – parfois hilarantes – car ces derniers sont la clé de voûte non violente de Guildlings. Là où un JRPG classique tourne essentiellement autour de la puissance croissante de son groupe de personnages, au fil des combats mortels riches en sortilèges et en fers qui se croisent au tour par tour, Guildlings privilégie la cohésion de groupe par la parole.

Juste milieu

Ainsi, dans ce jeu très bavard, veiller à l’état émotionnel de ses partenaires est une priorité. Et il faudra choisir la réponse appropriée, selon le contexte, parmi plusieurs propositions. Loin d’être un gimmick, ce ressort ludique a une incidence ultérieure sur, par exemple, le nombre de tours au cours d’une bataille.

Trouver le juste milieu entre la gentillesse sincère et la vérité qui blesse peut tenir du numéro funambulesque : lorsque l’enthousiasme de notre réplique galvanise Chazazz, notre meilleur ami attaquant hyperactif, il irrite Syb, notre sœur soigneuse introvertie. Pas de quoi se faire un sang d’encre : avec sa prise en charge intégralement tactile et d’une grande simplicité, Guildlings se joue à fond les ballons et mise d’abord sur la carte de la bienveillance et de la bonne humeur.

addictinggames

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *